We use cookies to improve your experience of our website. Find out more.
Okay
Vita Bee Health Expert de la santé de l’abeille dans le monde
Menu

News

World-renowned beekeeping expert joins Vita

Internationally respected US beekeeping expert Jerry Hayes has been appointed vice president North America for Vita Bee Health to help beekeepers improve and maintain the health of their honey bees.

For almost four decades, Jerry Hayes has worked across the USA apicultural industry to promote sustainable beekeeping. As head apiarist of the State of Florida inspection service when Colony Collapse Disorder struck, he was on the front line helping Floridian beekeepers and their 300,000 plus colonies. For three decades, he has also been well-known and respected amongst beekeepers for his informative and entertaining column, The Classroom, for the American Bee Journal.

Continue reading →

Sebastian Owen becomes Commercial Director

Jeremy Owen retires as Vita director but continues as CFO

Sebastian Owen steps up to become Commercial Director

The Vita Bee Health TeamAfter 21 years at the helm with Dr Max Watkins, Jeremy Owen is retiring as a director of Vita (Europe) Ltd but will continue in the role of chief financial officer. Max Watkins will take on the position of CEO.

Sebastian Owen, previously commercial manager at Vita, becomes commercial director responsible for sales and marketing.  A familiar face and a highly respected figure across the company’s distribution network, Sebastian has developed a profound knowledge of the challenges of maintaining and developing a global distribution network in honey bee health products.

Continue reading →

Les apiculteurs en quête du « Saint Graal »…

 

A La Rochelle, il existe un rucher qui devrait tout particulièrement intéresser les apiculteurs… Malgré la présence du frelon asiatique et les captures d’abeilles incessantes, les abeilles sont calmes et n’importe qui peut se balader parmi ces nuclei d’élevage de reines sans protection ou crainte d’être piqué. Mais là n’est pas la véritable raison pour laquelle  les apiculteurs doivent s’intéresser à ce rucher. Les abeilles de ce rucher y sont élevées afin de trouver comment résister au varroa.

 

 

 

Dans la poursuite du travail de Frère Adam à Devon en Angleterre, Benjamin Poirot, président d’Apinov et Gabrielle Almecija doctorante, élèvent des abeilles dans le but d’obtenir des sujets résistants au Varroa (des abeilles

100% hygiéniques). C’est un long processus pouvant être accéléré par l’utilisation de l’insémination artificielle. Un vendredi après-midi de juillet, chez Apinov, Benjamin récolte plus d’une centaine de faux bourdons au rucher pour l’extraction de leur semence en laboratoire. A l’intérieur, Gabrielle  fait subir aux faux bourdons leur dernier sacrement en leur écrasant le thorax pour extraire leur semence. Cette opération n’est  pas si facile et surtout très délicate car la semence ne doit pas être contaminée.

 

 

 

A l’aide d’un microscope, Benjamin utilise alors un dispositif très précis via une seringue et un capillaire qui gardera le contenu stérile et prêt pour l’étape suivante de l’opération, l’insémination d’une reine d’abeilles. Ces reines d’abeilles, alors artificiellement accouplées, sont diffusées aux apiculteurs de la région ligérienne afin d’être testées.

 

Ainsi les tests de comportement de nettoyage permettent de déterminer le pourcentage d’hygiénisme d’une colonie. C’est ainsi que l’équipe d’Apinov tente de diffuser la possibilité d’obtenir des colonies 100% hygiéniques par croisement génétique.

Benjamin et Gabrielle en sont convaincus : la découverte de ce Saint Graal pour les apiculteurs réside dans l’abeille résistante au Varroa (à caractère SMR).

 

 

 

Apinov, partenaire français de Vita Bee Health, basé à La Rochelle.

Vita International Photo Competition 2018

Photo: Huw Evans

Entries are now being accepted for the seventh annual Vita Bee Health international photo competition.

One winner will receive a cash prize and eleven others will appear in the Vita 2019 limited edition calendar and feature in Vita’s monthly email newsletters. All winners receive a copy of the sought-after calendar.

The deadline for entries is 26 October 2018. Entrants may submit up to four photos (at least 1 MB in size) by emailing them to gallery@vita-europe.com. Photos may be on any relevant topic relating to honeybees and beekeeping.

Continue reading →

Un mystère qui résiste aux apiculteurs : Le Varroa

Gabrielle Almecija - Recherche Résitance Varroa

Le développement de résistance des varroas aux acaricides est l’une des problématiques actuelles liées à Varroa destructor.

Alors que les principes de base de la résistance aux traitements sont connus et compris, les détails restent encore un mystère dans un contexte où les abeilles et les apiculteurs font face à un parasite présentant une forte capacité d’adaptation. Des connaissances précises sur les résistances des varroas aux acaricides sont indispensables pour la mise en place de plans de lutte.

En France, Gabrielle Almecija, doctorante à l’Université de Tours, a récemment débuté un projet de recherche de trois ans consacrée à la résistance du varroa.

En partie sponsorisée par Vita Bee Health et Apinov (partenaire de Vita en France), Gabrielle étudie déjà le varroa sur différents sites géographiques où la résistance à certains acaricides semble faible et d’autres où la résistance semble élevée.  Bien que les dynamiques de distribution des varroas soient peu connues, il n’est pas rare de de trouver une variation considérable entre différentes zones géographiques.

 

Gabrielle Almecija Copiright Varroa pict

 

Comme première étape de sa recherche, Gabrielle testera des varroas en laboratoire afin de définir les niveaux de résistance : quelle quantité de traitement est nécessaire pour tuer une certaine proportion d’acariens ?  Cela permettra de mettre en évidence les populations de varroas résistants aux acaricides. À l’heure actuelle, elle doit voyager de région en région, mais prévoit d’établir un protocole d’envoi et une méthode scientifique fiable, qui lui permettront de tester une importante quantité de populations de varroas sans avoir à se déplacer.

Une fois que les niveaux de résistance seront définis, les possibilités de recherches supplémentaires et d’actions pratiques s’ouvriront. Après seulement quatre mois de recherche, le travail de Gabrielle montre déjà un gros potentiel.

Ce projet lié à l’abeille n’est pas la première rencontre de Gabrielle avec les abeilles. Pendant 3 ans, elle a étudié et fait des présentations sur les abeilles sauvages en écologie urbaine dans sa région natale de Marseille et a étudié la maladie des couvains et l’élevage de reines. C’est à La Rochelle qu’elle rencontre pour la première fois Benjamin Poirot d’Apinov qui l’aide désormais à superviser son doctorat.

 

 

Voici un aperçu des varroas prélevés dans du couvain infesté :

Member Login